Le mot du président

Alban BOGEAT

Nous sortons d’une période difficile, nous avons tous été durement éprouvés dans notre vie quotidienne. Certains d’entre nous ont été affectés directement par la maladie, voire par le départ de proches. Chacun a subi l’absence de vie sociale, le manque de contacts avec sa famille, ses amis, l’impossibilité de sortir, d’aller au restaurant ou au spectacle.

Les dîners du Cercle Richelieu Senghor ont repris le 28 septembre après un an et demi d’interruption, et j’espère voir là le signe d’un retour à une vie normale… à laquelle je souhaite que le Cercle prenne toute sa part en étant le centre d’un réseau francophone où nos membres aient à la fois plaisir à se retrouver et à nouer des liens amicaux et fructueux.

Si nous avons souffert, on peut dire que la langue française aussi…
Souvenez-vous : Le mot « cluster » qu’on nous a martelé pour désigner un foyer épidémique, ou encore les divers « pass » qui ont suscité au mois de juin une tribune irritée du Figaro intitulée « Pass sanitaire, pass sport, pass culture, et le français trépasse »…

Au milieu de tout cela j’ai quand même repéré une note positive :
un mot français que nous avons découvert avec le covid,
un mot qui s’est imposé avec les tests de dépistage,
Un mot qui sonne bien français…
C’est le mot écouvillon
Une sorte de porte-drapeau de la langue française durant la pandémie…
Nul ne s’est risqué à lui substituer un mot anglais sous prétexte que c’est nouveau et qu’on n’a pas de terme français, ou bien que le mot français est trop long, ou ringard, bref toutes les mauvaises excuses habituelles… eh bien non…
L’écouvillon est resté – si je peux dire – droit dans ses bottes (normal, pour un terme venu du vocabulaire de l’artillerie…)

Pour redevenir sérieux : Nous avons suspendu nos dîners en mars 2020 ; nous espérions toujours trouver entre confinement, déconfinement et reconfinement un espace pour un dîner, sans succès… Ce qui m’a amené, début 2021 à décider le lancement d’une série de visioconférences pour maintenir le lien.
Et ce format a bien rempli son rôle :
Nous avons réuni de nombreux intervenants et abordé des thèmes très variés, nous avons aussi donné la parole à des correspondants lointains (au Québec, en Louisiane, en Russie, en Tanzanie), et terminé chaque fois sur une note ludique confiée à des artistes francophones de l’étranger : comédiens belges, chanteur louisianais, ou slameuse gabonaise.

Ces visioconférences ont offert au Cercle une ouverture sur le monde, avec des participants d’une quinzaine de pays, sur les 5 continents. La formule a ainsi prouvé son intérêt, et nous pensons y recourir à nouveau à l’avenir en complément à nos dîners.

Nous avons célébré le 28 septembre dernier le cinquantenaire du Cercle Richelieu Senghor avec la présentation d’une brochure commémorative.
Et je voudrais d’ores et déjà annoncer nos deux prochaines rencontres :
– Le 9 novembre : hommage à Senghor pour le 20ème anniversaire de sa disparition,
– Le 7 décembre : remise du Prix Richelieu Senghor 2021.
Au plaisir de vous y accueillir !

Alban BOGEAT
Octobre 2021


Nos prochains dîners-débats

(sous réserve des dispositions liées à l’épidémie de Covid19)

  • Mardi 9 novembre 2021 : hommage à Senghor (20ème anniversaire de sa disparition).
  • Mardi 7 décembre 2021 : remise du Prix Richelieu Senghor 2021.
  • Mardi 1er février 2022
  • Mardi 8 mars 2022
  • Mardi 5 avril 2022
  • Mardi 7 juin 2022

Nos derniers dîners-débats


Nos partenaires

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close